On hivé u Grou Mozhon: c'est parti!

Publié le par Gérard Brunier

Ce samedi, nous avons donné notre première représentation devant le public chainazien.

Nos craintes ( après des répétitions laborieuses!) furent balayées par les rires de la salle, rires certes un peu tièdes au début (Il faut que l'oreille se réhabitue aux mots et aux accents de notre patois.) mais plus francs et enthousiastes par la suite.

Ce furent ainsi trois heures de joyeuse complicité avec le public.

Les prochaines représentations auront lieu

à Rumilly, le vendredi 24 janvier, dès 20 heures. Pour réserver: 0450697038 ou 0450690220

à La Motte-Servolex, le samedi 25 janvier, dès 20 heures. Pour Réserver: 0479961885

Article paru dans l'Hebdo des Savoie, sous la plume de Pierre Gorrex

Article paru dans l'Hebdo des Savoie, sous la plume de Pierre Gorrex

Commenter cet article

la simone à Maiu 02/03/2014 09:32

le 1er mars 2014, à Sevrier, nous avons passé une excellente soirée : déjà, nous avons pu y entrer : ce qui n'a pas toujours été le cas les précédentes années ! Ensuite : toutes ces expressions retrouvées ...et même en liaison avec l'actualité ; l'arrivée de la Dorothée qui m'a rappellé celle d'une tante mariée à un anglais, on s'y serait crû cinquante ans en arrière ; Mamadou ; le récit de la Louise par Célestin : un régal.
En revenant à 50 ans en arrière, on entendait déjà parler du "beau Fernand", en tout bien, tout honneur !, quand les gars de l'E.N. tapaient le carton avec les pions et pionnes de Fichet et L. hôtelier, au bistrot du centre ville de Bonneville ! Arr'vi pà, à la prochaine !

georges mugnier 25/01/2014 21:11

toujours mieux quelle bonne soirée merci on va retourner vous voir ,les jeunes sont vraiment bien ,et le scénario et magnifique bravo à tous à bientot encore merci pour cette soirée. georges et irène

Gérard BRUNIER 26/01/2014 10:36

Irène et Georges,

Gramasi pè vtro konplyimè: é fa to l'tin plyèzi! Lô zhoénö, surto, on fôtâ d'étre èkoradia paskè no, lô vieu, on n'fa rè kè léz ègueula!

Rèvnyi don no trova st'ivé pè vi s'on a fé d'progré!

A bastou,